Encourageons l’entrepreneuriat en Suisse !

Ecrit par| Evènements passés

L’équipe d’Innovation Time était présente au Salon des Technologies et de l’Innovation de Lausanne qui a lieu au Swiss Tech Convention Center le jeudi 2 mars 2017. Cet événement est un grand rassemblement d’entrepreneurs, chercheurs et scientifiques venant exposer leurs projets en cours.
Cette année plus de 3000 personnes ont pu assister à divers conférences, workshops et présentations dans un cadre détendu.

 la Suisse est le premier pays du monde en nombre de brevets par habitants

De notre côté nous avons suivi la conférence « Encouragement des start-ups et des créateurs d’entreprises potentiels » de Marco Ruedi, coach pour la CTI (Commission pour la Technologie et l’Innovation, une agence de la Confédération pour l’encouragement de l’innovation). Cet article vous résume les principaux points soulevés.

« L’innovation : le moteur de l’économie Suisse »

La conférence débute par un premier constat : la Suisse est un petit pays avec peu de matières premières. C’est pour cela qu’elle est une des économies les plus ouvertes au monde et est extrêmement dépendante de ses exportations, avec des entreprises rivalisant avec celles du monde entier. L’innovation est donc le cœur du maintien de cette compétitivité.
Deuxième constat : les forces et faiblesses de la Suisse. Une industrie qui mène sa R&D elle-même, une base solide pour la recherche avec un nombre élevé de brevets et un système éducatif performant. L’intervenant fait d’ailleurs remarquer que « la Suisse est le premier pays du monde en nombre de brevets par habitants ».
Néanmoins la Suisse manque d’ingénieurs, possède une culture envers l’entrepreneuriat encore trop timide, une innovation peu développée dans le secteur des services et un transfert du savoir et des technologies à améliorer envers les PME (petites et moyennes entreprises).

« Nous avons besoin de connections entre les diverses écoles »

C’est en faisant remarquer qu’à l’EPFL nous ne savons pas développer un produit, que l’importance de faire appel à toutes les compétences requises est mise en avant par le coach de la CTI. Nous devons donc promouvoir des synergies entre nos diverses écoles afin de créer des projets solides et durables. D’ailleurs l’intervenant nous fait remarquer que la CTI met la plus grande partie de ses moyens sur les universités de sciences appliquées :

Slide de la conférence sur le pourcentage de projets approuvés
par domaine sur l’ensemble des applications

« La CTI ne regarde pas votre passeport »

La conférence se termine sur quelques remarques sur l’organisation de la CTI. Le coach met par exemple en avant le fait que sur les 15 équipes qu’il suit, seules deux d’entre elles sont entièrement composées de Suisses. Et il finit par conclure qu’à la CTI « on ne regarde pas votre passeport » pourvu que vous entreprenez et innovez en Suisse, de quoi casser le cliché d’une Suisse peu ouverte aux étrangers.
Enfin une dernière remarque en direction des auditeurs de la conférence : « on ne peut pas enseigner l’entrepreneuriat, ce n’est pas mathématique » !

 

Pierre Brémon

Last modified: 7 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *