HARDAH, la start-up Web Suisse qui va au Web Summit

Ecrit par| Business & Law

Innovation Time a eu l’occasion de rencontrer une nouvelle fois l’équipe derrière HARDAH lors de la Start-Up day du Forum EPFL. Qu’est ce que HARDAH ? HARDAH veut être le réel tableau de bord des sites internet, votre nouveau portail web personnalisable. Interview de David Delmi (Fondateur et CEO) et Matias Cerchierini (CTO) avant leur participation au Web Summit, qui aura lieu du 7 au 11 Novembre prochain.

AB: David, HARDAH semble passer un nouveau cap, avec une nouvelle plutôt intéressante. Pourquoi aller au Web Summit ?

DD: J’ai envie que la Suisse soit représentée par un projet Web disruptif et innovant. Le Web Summit, qui aura lieu à Lisbonne prochainement, est l’un des plus gros sommets du monde dans le milieu d’internet et de la technologie. Nous aurons une nouvelle fois un stand (ndlr: comme au Forum EPFL) sauf qu’en face de nous, ce ne seront plus de jeunes Start-ups mais des noms qui peuvent être aussi connus que Facebook ou Amazon. La Suisse est peu représentée internationalement dans le milieu du web, et c’est l’occasion de montrer que la Suisse est un pays qui doit aller promouvoir au-delà de ses frontières

« C’est avant tout un honneur et une occasion de montrer que l’on peut faire du Swiss Made, même dans le Web. Je veux que HARDAH reste suisse ! » David Delmi

AB: Le Web Summit est un évènement qui semble très select. Comment y accède-t-on ?

DD: C’est tout un processus ! Il y’a d’abord un formulaire à remplir avec plans financiers, pains/gains, … Puis la sélection des dossiers. Finalement il y a une interview, et un jury délibère afin de déterminer si le projet est au niveau. C’est exigeant. C’est avant tout un honneur et une occasion de montrer que l’on peut faire du Swiss Made, même dans le web. Je veux que HARDAH reste suisse ! (ndlr: David est un ancien HEC Lausanne et Matias, le CTO, étudie encore à l’EPFL. HARDAH a un slogan « Swiss Made» sur sa page d’accueil)

AB: Tu as d’ailleurs du Swiss Made dans ton équipe ! Matias, être étudiant en informatique à l’EPFL et travailler sur le projet HARDAH en même temps, comment est-ce possible ?

MC: Pour pouvoir terminer mon master, j’ai dû le prolonger d’un an à cause de certains cours biennaux. J’ai profité de ces conditions pour réduire la charge de mes cours à chaque semestre et m’engager dans un projet motivant, et qui me permet de faire la transition dans le monde professionnel. HARDAH, en tant que jeune start-up, en a été l’occasion de rêve ! Même avec un horaire réduit, chaque semestre à l’EPFL a des périodes de « sprints », que j’ai dû apprendre à gérer tout en restant capable de collaborer autant que possible avec les autres membres de l’équipe (ndlr : les périodes en question se situent notamment vers le mois de décembre-janvier et juin).

AB: Être CTO, Qu’est-ce que ça fait ? Est-ce facile d’être responsable d’une équipe dont les membres ont presque le double de son âge ou qui ont des formations bien différentes ?

MC: C’est perturbant au début effectivement ! Mais on oublie vite l’âge et on se focalise très vite sur les compétences et les qualités de chacun. Je suis satisfait d’avoir avec moi une équipe qui, même si elle se marche parfois sur les pieds parce qu’elle travaille sur la même interface, est très soudée. Les designers et les informaticiens ne parlent pas vraiment la même langue, mais on trouve toujours une solution.

« Actuellement, je reçois plus de 10 demandes de travail par semaine
provenant de plusieurs pays en Europe  » David Delmi

AB : David, lorsque que l’on regarde la composition de l’équipe HARDAH, on aperçoit directement les profils variés : 2 de la faculté HEC Lausanne, 2 de l’EPFL, 2 de HEIG Yverdon et 1 d’ERACOM. C’est une équipe jeune, sortie pour la majorité fraîchement des universités, avec pour la plupart des certificats d’excellence et un nombre important d’activités associatives ou caritatives. Quel est ton secret pour recruter la perle rare sans te tromper ?

DD: Le meilleur moyen de trouver la perle rare c’est, de un, de se tromper au début justement, d’apprendre de ses erreurs, de donner sa chance à plusieurs personnes, de maîtriser progressivement les rouages de gestion d’équipe. Puis il faut chercher… beaucoup chercher et trier ! Actuellement, je reçois plus de 10 demandes de travail par semaine provenant de plusieurs pays en Europe. Pour l’instant nous ne retenons que les demandes de travail en Suisse. J’ai rencontré beaucoup de programmeurs avant de trouver nos champions du web…ce sont de vrais petits Steve Wozniak (ndlr : co-fondateur de Apple et génie de l’informatique).

Quelque chose d’autre en préparation ?  « Disons que la version béta ne sera bientôt plus d’actualité… »  –Matias Cerchierini

AB: David, tu vas représenter HARDAH au Web Summit. Quelque chose me dit qu’il va bientôt y avoir du nouveau pour HARDAH. Vous pouvez nous en parler, ou c’est confidentiel ?

DD:    Je ne veux pas trop en parler mais c’est probable, oui [rires]. Disons que nous n’avons pas été inactifs ces 6 derniers mois.

AB: Vous préparez donc quelque chose ?

MC: Disons que la version béta ne sera bientôt plus d’actualité…

DD: On ne va pas au Web Summit par hasard!

AB: Il faut donc s’attendre à vous voir dans d’autres médias que Innovation Time dans les prochaines semaines ?

DD: C’est fort probable !
Interview réalisée lors de la Start-Up Day au Forum EPFL. Affaire à suivre prochainement !

HARDAH.com

Arthur Baetens, Octobre 2016

Last modified: 10 décembre 2017

0 Responses to :
HARDAH, la start-up Web Suisse qui va au Web Summit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *