LeWagon Suisse, Rencontre avec Thibault Jaime

“Coder sera autant nécessaire qu’il est d’apprendre l’anglais de nos jours”: voici les mots qui résonnent dans mon esprit suite à mon entretien au coworking space “Gotham” de Lausanne avec Thibault Jaime, 33 ans. Ingénieur, entrepreneur et maintenant codeur, il est un exemple parfait de la réussite du Wagon. Entreprise qui se destine à apporter des compétences techniques de codage à des entrepreneurs et esprits créatifs, au moyen de workshops, modules en ligne et bootcamp, LeWagon compte à son actif plus de 30 “drivers” ou franchises réparties dans le monde entier.

Thibault commence sa carrière à 21 ans, toujours en étude d’ingénierie, lorsqu’il prend part dans une aventure entrepreneuriale qui le mènera en Chine dans la vente de scooter électrique, engin déjà très prisé en 2007 par le marché de l’est.  “J’étais trop jeune et lorsqu’on est entrepreneur il faut être dans l’action et aller voir ses clients” dit-il en m’annonçant qu’il avait décidé d’arrêter ce projet l’année suivante.

Suite à plusieurs années d’indépendance en conseil digital et réalisant qu’il lui manquait une compétence essentielle pour parfaire son travail, c’est finalement en 2017 que Thibault prend l’initiative de participer au BootCamp organisé par LeWagon à Paris. “Le Bootcamp ce n’est pas juste un professeur qui te bombarde de lignes de code pour t’ennuyer toute la journée. Les concepts sont d’abord expliqués pendant une partie de la matinée et ensuite on passe aux exercices. Les exercices sont résolus par deux avec ton “buddy” qui change tous les jours. A la fin de la journée, c’est un élève qui essaie de donner une solution et s’il n’y arrive pas, toute la classe vient à son aide. Et si pendant la journée tu bloques, il y a aussi un assistant qui est là pour t’aider dans ton exécution. On compte environ 1 assistant pour 4 étudiants. Il termine sa description en soulignant deux aspects importants qui sont développées lors ce camp: l’organisation d’une équipe de développement à travers la journée et la forte cohésion entre les étudiants à la fin du programme.

A qui sont donc destinés ces Bootcamps de 9 semaines ? Des entrepreneurs, des étudiants de Business School, des professionnels qui décident soit de se réorienter ou soit d’augmenter leur nombre de compétences.  “Le Bootcamp c’est plus de 2’000 étudiants par année”. LeWagon possède également des partenariats avec des écoles. Thibault s’occupe maintenant du premier chapitre en suisse à Lausanne depuis cet fin d’été et note un accueil chaleureux pour ces services d’apprentissage de code par la population helvétique.

Je lui pose, ensuite, une question, dédiée à nous, étudiants, pour conclure cet entretien:

  •    Quels sont tes conseils pour ceux qui désirent apprendre à coder ?
  1. Il est important de commencer quelque part et je recommande de premièrement prendre des cours en ligne pour voir s’il y a un intérêt grandissant.
  2. Suite à ça, il faut s’impliquer physiquement et se rendre aux événements et rentrer dans la communauté des gens qui codent ou désirent apprendre.
  3. Pour finir, il est nécessaire d’avoir un bon état d’esprit, s’amuser, se rappeler que ce qu’on apprend porte une grande utilité.

 

Auteur: Santi Légeret

Last modified: 5 novembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *