Participants Urban Creathon 2017

L’Urban Creathon par oikos Lausanne

Ecrit par| Evènements passés

Le développement durable se dessine comme un des enjeux majeurs de ce siècle. Un tel défi ne peut être atteint que par la collaboration et le partage d’idées. C’est dans cette optique que l’association oikos de l’Université de Lausanne a organisé son Urban Creathon du 17 au 19 novembre 2017.

Déroulement

Le principe de l’Urban Creathon est relativement simple. Les participants forment des équipes et trouvent une idée visant à améliorer le contexte économique, écologique et social de Lausanne. Ils ont ensuite un  week-end pour la peaufiner avec l’aide de coaches qualifiés.

Si le principe semble simple, le déroulement nous montre l’ampleur du travail accompli. Le vendredi, après avoir formé leurs équipes, les participants ont travaillé sur la “Value Proposition” de leur projet. Le but était d’identifier les besoins des habitants et de trouver des solutions.

Durant le samedi, les équipes ont étudié le marché pour tester leur idée et l’adapter si besoin. Elles ont également pu s’entraîner à pitcher et se familiariser avec le Business Model Canvas. Pour cela, elles ont été aidées par Delphine Douçot de la durabilité de l’UniL, Nadine Reichenthal responsable de l’accélérateur UniL-HEC et Simon Schneebeli du Snowball Lab.

Accompagnées par Boris Trapp étudiant en Master en HEC, Simon Schneebeli et Nadine Reichenthal  les équipes ont consacré le dimanche au travail sur le Business Model et à la préparation du pitch. Ils l’ont présenté le soir même devant les jurés, Bautista Dahl Rochat (Impact Hub) et Fabrice Leclerc (chargé de cours à HEC Lausanne et entrepreneur).

Les idées en jeu
Créateurs des 3 soleils de d'Anima Forte

Les créateurs des 3 soleils et d’Anima Forte

La première idée en compétition fut “Anima Forte” portée par Alberto M. Forte. Cela se présentait comme un centre d’éco-développement personnel dans lequel les personnes seraient invitées à « déstructurer le contexte dans lequel nous avons l’habitude de vivre » afin de ré-apprivoiser la notion de temps. Ceci se ferait à travers des activités de groupe, des soins médicaux et paramédicaux, des conférences axées sur la durabilité et le développement de soi. Selon Alberto M. Forte, « Il y a un besoin dans la société en général de pouvoir retrouver une connexion avec soi ».

La seconde idée présentée fut “Les 3 soleils” présentée par Grégoire Montangero. Le but est de créer un média qui mette à l’honneur le territoire de paix, de créativité et de qualité de vie qu’est Le Lavaux. Ce média format papier serait axé autour de 5 thématiques : la nature, l’art, la science, la culture et le patrimoine. Un créateur aurait 10 pages à sa disposition pour écrire des articles longs formats. Il pourrait ensuite offrir 10 pages de la prochaine édition à une personne de son choix. Comme le souligne Monsieur Montangero : « Nous allons plus loin de créateur en créateur à partir de ce coin de Lavaux »

Créateurs des Légumes perchées

Les créateurs des Légumes perchées

Enfin, la dernière idée en compétition fut “Les légumes perchés” soutenue par Gaël Packer, Mélodie Rey et Thomas Verduyn. Le but étant de développer un projet d’agriculture durable sur le campus, autour du concept de ferme d’avenir. Pour cela, l’équipe propose de modifier les fermes actuelles en se basant sur 3 points importants : la recherche, la production locale et l’expérimentation avec une communauté intéressée par la production agricole. Durant leurs recherches ils ont compris que les étudiants ont envie d’avoir un lien avec la nature mais qu’ils n’en ont pas l’opportunité. Selon Mélodie, « cette ferme urbaine nous permettrait de créer un projet fédérateur qui va rassembler des étudiants de l’UniL et de l’EPFL, des chercheurs et des agriculteurs afin de mettre le savoir en commun pour créer quelque chose pour demain »

Résultats 

L’idée gagnante sélectionnée par le jury pour cet Urban Creathon est “Les légumes perchés”. L’équipe remporte alors 6 mois dans l’accélérateur Impact Hub Lausanne. Anima Forte et les 3 soleils repartent également avec 3 mois dans ce même incubateur.

Auteure : Alissone Mendes

Last modified: 21 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *