Quels sont les grands facteurs de réussite d’une start-up ?

Ecrit par| Business & Law

En mars dernier, Bill Gross, entrepreneur américain fondateur de l’incubateur Idealab, donnait une conférence TED à Vancouver sur les grands facteurs de réussite et d’échec d’une start-up. En se basant sur 5 grands critères potentiels de réussite à travers 100 entreprises Idealab et 100 entreprises extérieures, il a pu établir le classement suivant.

A la cinquième et quatrième place, les ressources financières (dans 14% des cas), et le busines model (24% des cas) n’ont que peu d’influence sur la réussite du projet. En effet aujourd’hui dès qu’un projet commence à fonctionner et qu’il a du potentiel il est très facile de trouver de nombreux financements notamment par le billet d’internet et du crowdfunding, de même si aucun business model n’est clairement définit au départ il peut être aisément créé par la suite. On notera par exemple que Facebook n’avait pas de business model à son lacement.

L’aspect novateur de l’idée et la qualité de l’équipe se trouvent quand à eux à la troisième et deuxième place – avec de l’influence dans 28% et 32 % des cas respectivement – et possèdent donc une place importante dans le lancement d’une start-up. On aurait cependant pu s’attendre à les trouver en premiers.

« Timing is everything »
D’une façon assez surprenante c’est le timing (dans 42% des cas) qui à la plus grande influence sur la réussite du lancement d’une start-up, avant même la qualité de l’idée.
En effet une idée excellente, lancée trop tôt sur un marché qui n’est pas encore prêt, a de fortes chances d’échouer. C’est le cas de Z.com une entreprise de divertissement en ligne fondée en 1999 par Idealab à un moment où le haut débit n’était pas encore assez rependu et où les problèmes de codecs rendaient difficile la lecture d’une vidéo sur internet.
En 2003 l’entreprise fait faillite, deux ans plus tard, Adobe Falsh résout ces problèmes, le haut débit commence à se généraliser, YouTube est créé au moment le plus propice et connait un succès fulgurant.

Parmi les entreprises qui doivent leur succès en grande partie au fait qu’elles se soient lancées au bon moment on pourra notamment citer les entreprises de C2C comme AirBnB   ou de B2C comme Uber. Créées respectivement en 2008 et 2009 en pleine récession, à un moment où le pouvoir d’achat a fortement diminué et où le taux de chômage des chauffeurs ne cessait d’augmenter, elles ont toutes deux connu un succès mondial.

A l’opposé, une bonne idée lancée trop tard, se confronte en général à une concurrence ardue, c’est le cas des sites de rencontres :
En 2001 Meetic s’impose rapidement comme le leader de la rencontre en ligne, aujourd’hui on assiste à une multiplication des applications d’online dating qui ont de plus en plus de mal à s’implanter dans un marché déjà bien saturé.

P.S.

 

 

Vidéo de la conférence :

Last modified: 1 décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *