SwissDeCode

Ecrit par| Sciences & Technologies

Depuis 2003 et le scandale de Findus, beaucoup d’entre nous ne regardons plus nos lasagnes de la même façon. Les consommateurs et les entreprises sont de plus en plus nombreux à vouloir s’assurer de la composition de leurs produits. C’est sur ce principe que se base SwissDeCode. A l’occasion de la journée des start-up du forum de l’EPFL, nous avons rencontré son co-fondateur et CTO, Gianpaolo Rando.

Co-founder et CTO Gianpaolo Rand

Selon M. Rando, les entreprises alimentaires veulent être sûres que leurs produits sont sains et respectent les lois. Pour ce faire, ils prennent des échantillons et les envoient à des laboratoires. Malheureusement cette procédure prend actuellement 7 jours ce qui est trop long pour beaucoup de producteurs à cause des coûts de stockage ou simplement car le produit ne le permet pas (M. Rando a mentionné l’exemple des sushis). C’est dans ce contexte que SwissDeCode intervient. L’entreprise « met les test ADN dans les mains d’entreprises sans compétences particulières requises et avec un délai de 30 minutes au lieu de 7 jours. »

Histoire de SwissDeCode

L’histoire de SwissDeCode est assez inhabituelle. M. Rando était scientifique à l’université de Genève et avait le défi technologique de simplifier pour tout le monde un outil qu’il utilisait en laboratoire. Il suivait également des cours CTI d’entreprenariat durant lesquels il était forcé de pitcher son idée devant des investisseurs. SwissDeCode a ensuite pris part à l’accélérateur  « MassChallenge »  durant lequel ils ont gagné le premier prix.

Lorsque l’on lui demande quels ont été les bons moments de la vie de SwissDeCode, il mentionne la première fois qu’il a vu que la technologie fonctionnait. A l’autre extrême les moments de frustration lorsqu’ils visaient de grandes compagnies lui ont laissé un mauvais souvenir. En effet, ces dernières prenaient trop de temps à répondre ce qui allait à l’encontre de la capacité de la start-up à s’adapter rapidement et de la nécessité de trouver des fonds pour survire. Concernant la croissance de SwissDeCode, M. Rando mentionne que « nous croyons que la meilleure façon de grandir rapidement est de comprendre les problèmes des consommateurs. Nous sommes dans une position unique dans laquelle nos clients nous paient pour créer des tests pour leurs problèmes spécifiques. Nous ne prenons pas le risque de grandir trop vite en créant des produits dont nos consommateurs ne veulent pas ». En général,  «  Nous voulons avoir des consommateurs afin de pouvoir survivre et qu’ils puissent nous aider à améliorer notre produit et à comprendre le marché. »

 Résumé de l’aventure

Le produit vendu par SwissDeCode

Pour résumer son aventure Gianpaolo Rando a utilisé la phrase « Il est mieux de savoir ». Cet outil aide les entreprises à connaitre ce qu’elles vendent et à réagir. Migros par exemple a été embarrassée par le scandale des œufs infectés par la Salmonelle. S’ils avaient su avant ils auraient pu éviter de grandes pertes financières et conserver leur réputation. « Migros ne peut pas attendre sept jours pour tester leurs produits mais ils peuvent attendre 30 minutes. »

 

L’avenir

Quelles sont les perspectives d’avenir ? Lorsque nous avons abordé la possibilité de vendre leur produit à tout le monde M. Rando nous a répondu que c’était une option mais que pour le moment et pour des raisons pratiques, il est plus simple de travailler avec des entreprises. Lorsque vous travaillez en B2B (business to business) un seul client vous achète un grand nombre de produits, ce n’est pas le cas en B2C (business to consumer).

Peut-être qu’un jour chaque consommateur sera capable de tester rapidement sa nourriture à la maison. L’impact que cela pourrait avoir sur la société est énorme car les entreprises auraient de fortes incitations à créer et vendre de meilleurs produits ou du moins à ne pas mettre du cheval à la place du bœuf.

 

Auteure : Alissone Mendes

Last modified: 21 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *