Tastehit

Ecrit par| Sciences & Technologies

Si vous utilisez des services tels que Google ou Amazon vous êtes forcément familiers avec les suggestions personnalisées. A l’occasion de la Start-up Day du Forum EPFL, nous avons rencontré Alexei Kounine CEO et Co-founder de Tastehit, une entreprise qui compte bien surfer sur cette nouvelle technologie.

AM: Pour commencer, pourriez-vous pitcher votre idée pour quelqu’un qui ne connaît rien au domaine?

AK : Nous offrons une solution d’intelligence artificielle à des sites d’e-commerce qui souffrent d’un problème de taux de conversion, c’est-à-dire qu’ils ne font pas beaucoup de ventes par rapport au nombre de visiteurs qu’ils reçoivent. La raison pour laquelle nous faisons cela est que nous avons constaté que les sites les plus visités comme par exemple Amazon ou Facebook personnalisent énormément l’expérience de chaque individu.  Lorsque vous allez sur Amazon, la Home page est liée à vos derniers achats. Le reste des sites d’e-commerce n’ont pas ce genre de technologies à disposition car c’est très compliqué à mettre en place et à utiliser. Nous avons donc créé une solution qui permet de résoudre ce problème pour les sites de taille moyenne. Parmi nos références nous trouvons également  beaucoup de sites de prêt-à-porter

AM : Comment cette idée vous est-elle venue ?

AK : En 2007, nous avons travaillé pour un concours, le Netflix Prize, dont le but était de pouvoir gagner 1 million de dollars en prédisant la note que quelqu’un donnerait à un film qu’il n’a pas encore regardé en se basant sur l’historique de films qu’il a déjà vus. Nous n’avons pas gagné le million mais nous avons fait 6% de mieux que l’algorithme de Netflix. Nous nous sommes alors dit que tout ce qui était compréhension des goûts des visiteurs était important.

AM : Avez-vous fait partie d’un incubateur ou d’un accélérateur ?

AK : Oui nous sommes à MassChallenge. C’est basé à Renens et nous ne dirons que du bien d’eux. Ce sont de jolis locaux avec 70 start-up. Nous participons à la finale jeudi prochain avec la possibilité de gagner un cash prize de 100’00 francs.

AM : Quels sont vos objectifs à moyen-long terme ?

AK : Notre objectif à long terme est d’être une plateforme d’intelligence artificielle dans le monde du retail. Pour l’instant nous faisons vraiment de l’e-commerce mais il y a beaucoup de problématiques de logistique et pricing qui sont liées à la manière dont les gens consomment. Nous sommes en train de collecter énormément de données sur ces habitudes de consommation que nous exploitons maintenant plutôt pour modifier les sites d’e-commerce, mais il y a beaucoup de choses que l’on pourrait faire. A moyen-court terme, le premier objectif est de lever des fonds et d’agrandir l’équipe. Nous avons besoin d’améliorer le produit et d’avoir plus de clients. Nous avons 50 clients aujourd’hui et nous voulons être à 80 à la fin de l’année.

AM : Quel est le pire souvenir en lien avec votre entreprise ?

AK : C’est le démarrage et les baffes du début. Nous avons commencé avec une idée mais nous l’avons mal développée. Quand nous parlions de notre idée, les gens ne la trouvaient pas intéressante parce qu’à l’époque l’intelligence artificielle n’était pas un sujet « chaud ». Le démarrage est vraiment dur. Nous nous y prenions mal pour présenter ce que l’on faisait. Nous n’avions pas de produit, nous présentions des slides mais il n’y avait pas de contenu derrière. C’est le problème que tout le monde a au début, il faut être crédible sur ce que tu n’as pas et quand les gens veulent ce que tu n’as pas il faut le développer le plus vite possible.

AM : A l’inverse quel est votre meilleure souvenir ?

AK : Chaque petite victoire, chaque nouveau client jusqu’à maintenant. Nous commençons à avoir un produit qui est stable. Avant nous ne dormions pas la nuit parce que certaines choses se cassaient sur un très gros client. C’était de mauvais et de bons souvenirs. Cela fait 3 ans déjà que nous travaillons dessus et les très bons souvenirs sont bien plus nombreux que les mauvais.

AM : Pour conclure, juste une phrase que résume l’aventure ?

AK : Je pense qu’il y a deux mots qui nous caractérisent bien. L’amitié parce que nous nous connaissons depuis 20 ans et avons fait l’EPFL ensemble. L’amitié fait partie de l’aventure. L’autre chose très importante est la persévérance. Au début, nous faisions la même chose que maintenant mais nous avions moins de chiffre, moins de clients, personne ne nous croyait et aujourd’hui nous avons construit une crédibilité en continuant de faire la même chose qu’avant. Il ne faut pas abandonner trop tôt.


Last modified: 7 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *