L’entrepreneuriat dans le spatial (épisode 1/3): ce qu’est SpaceX, et pourquoi le spatial est si cool

SpaceX, ça vous dit quelque chose ? Si vous avez lu notre précédent article sur Elon Musk ou l’actualité des dernières semaines, ce nom vous est sans doute familier.

Dans le domaine du spatial, l’évocation du nom “SpaceX” faisait d’abord rire, puis sourire dit-on. Aujourd’hui, c’est un nom qui peut donner envie de pleurer à certains. Voici pourquoi.

SpaceX a réussi le 8 avril à faire décoller une fusée et atterrir le premier étage en pleine mer tout en larguant un satellite en orbite. Fait plutôt intéressant, cela s’est encore reproduit le 5 Mai. Et fait encore plus intéressant, cela n’est pas prêt de s’arrêter.

Globalement, faire décoller une fusée et atterrir le premier étage en pleine mer tout en larguant un satellite en orbite revient à savoir faire 4 choses (simplification oblige):

-Fabriquer une fusée, soit un gros tube en 2 parties: la partie basse, et la partie haute qui a un objet à son bout.

-Faire décoller le tout, puis séparer la partie basse du tube de la partie haute et de l’objet.

-Larguer l’objet de la partie haute du tube suffisamment haut pour qu’il reste en orbite.

-Faire atterrir la partie basse du tube restante dans des conditions peu favorables.

 

A retenir ? Ce n’est pas forcément simple, mais faisable. Et jamais dans l’histoire cela n’avait été réalisé. Pas même la NASA. Pas même ROSCOSMOS (Russie), l’ESA (Europe) ou la CNSA (Chine). Et croyez moi, ça en fait du monde qui a envie de pleurer.

Ok c’est bien beau cette histoire, mais alors pourquoi le spatial devrait vous intéresser ?

-Le domaine spatial est en plein essor. Une nouvelle course spatiale a lieu entre différents acteurs, notamment des privés: Musk, Bezos, Branson et Zuckerberg sont de la partie.

-Le tourisme spatial, le lancement de satellites et d’internet à bas prix,  le minage d’astéroïdes ou encore le retour sur la lune et les voyages vers Mars sont au programme.

-Le spatial est un domaine particulier. C’est exigeant: il y réussite ou échec de la mission, l’erreur n’est pas permise. C’est innovant : le spatial est l’un des secteurs où la technologie est le plus à la pointe. Il faut faire preuve de rapidité : montrer sa puissance ou gagner un contrat nécessite de mieux performer que ses concurrents. C’est un domaine de passion: chacun se dépasse et pousse aussi les autres à se dépasser. Enfin le spatial est centré sur l’humain : la coopération internationale est primordiale, les aspects psychologiques pris en compte, notamment pour un futur voyage vers Mars.

 

Bref, à IT, on s’est dit que vous devriez connaître un tel secteur : entrepreneurs de renom, idées un peu voire carrément folles et technologie sont au rendez-vous.

Launch and landing timeline

 

Revenons donc à nos fusées. Pourquoi l’exploit de SpaceX du 8 avril est-il si difficile et révolutionnaire ? En voici les points principaux:

-Lancer sa compagnie de fusées sans connaissances à priori, ce n’est pas forcément le meilleur choix. Admettons que comme le fondateur de SpaceX, vous pouvez apprendre sur le tas l’art de faire des fusées.

-Une fois que le premier étage (partie basse) est séparé, il faut le faire ralentir en le faisant se retourner. Ensuite, il faut le guider vers le lieu d’atterrissage. Vous suivez ?

-Dites-vous aussi que lancer une fusée et récupérer son premier étage (partie basse), c’est comme lancer un crayon au-dessus de l’empire-state building, et le faire atterrir sur une cible plus petite qu’une boîte à chaussure. Et verticalement.

-Parallèlement, il faut assurer le reste de la mission: à savoir larguer le satellite (objet) depuis le second étage (partie haute). Vous suivez encore ?

-Parce que le carburant du premier étage (partie basse) a été en grande partie utilisé et que l’atterrissage se fait avec les moteurs « en bas », la situation est considéré comme instable. Bref, dites-vous que c’est comme tenir un manche à balai de 40m de haut dans le creux  de la main et que l’atterrissage, c’est plus compliqué que le décollage.

-Il y a aussi le fait que le monde entier pense que vous êtes trop timbré pour réussir à le faire. C’est psychologique: à un certain point vous vous dites qu’après avoir travaillé des dizaines d’années dans le domaine, si les pros n’y arrivent pas, c’est qu’il y a une raison.

Il faut donc être vraiment timbré pour avoir l’idée de faire atterrir une partie d’une fusée. Et encore plus pour y arriver. Enfin vous avez un argument majeur en votre faveur : jeter une fusée après une utilisation, c’est plus cher que la réutiliser. C’est comme si on jetait un 747 après chaque vol. Pas cheap. Vous pouvez faire beaucoup moins cher que les concurrents, et ça, c’est votre meilleur atout.

 

Résumé: le spatial est passionnant et vous intéresse. Vous êtes prêts à devenir un pro en fusées. Vous avez de l’argent, des projets fous et vous pensez que vous pouvez y arriver.

Alors vous fondez SpaceX en 2002, a à peine 30 ans. Votre premier grand projet avec SpaceX est de vouloir faire atterrir une fusée à la verticale. Vous y arrivez en moins de 15 ans.

Vous changez la donne dans le milieu du spatial, vous remettez en cause la façon dont sont conçues les fusées par les agence spatiales du monde entier. Vous avez d’autres projets, comme celui de coloniser Mars. En un mot, vous êtes Elon Musk.

Vous en voulez plus ? C’est pour bientôt! Dans le prochain épisode: Faire sa recette de cuisine, façon Elon Musk

-Arthur Baetens, Mai 2016

Last modified: 20 mars 2017

0 Responses to :
L’entrepreneuriat dans le spatial (épisode 1/3): ce qu’est SpaceX, et pourquoi le spatial est si cool

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *