L’entrepreneuriat dans le spatial (épisode 2/3): Faire sa recette de cuisine, façon Elon Musk

Dans le précédent épisode (1/3): Nous avons tant bien que mal tenté d’éveiller votre curiosité pour le domaine spatial, exposé l’exploit et les challenges consistant à faire atterrir une fusée verticalement, sur une barge, en pleine mer (rien de bien affolant pour l’instant).

Vous savez ce qu’est SpaceX, connaissez les noms des entrepreneurs et acteurs du marché spatial privé et ses enjeux majeurs. C’est un terrain passionnant, et plein d’avenir. Mais comment arrive-t-on à lancer une Start-Up sur les fusées quand on n’y connait rien ? Et surtout, comment réussir l’exploit du 8 avril 2016 ?

 

Réaliser une recette de cuisine façon Chef Musk contient 3 étapes indispensables:

1. Anticiper la préparation du plat principal :

Avoir du capital, parce que les fusées, c’est cher

Musk est devenu multimillionnaire en 2002 en ayant revendu PayPal. Le capital lui sert à fonder SpaceX et à assurer ses activités. Un petit fond de roulement n’a jamais fait de mal.

2. Préparer la recette :

La prise de connaissance et d’information, parce que les fusées, c’est pas simple

Jim Cantrell a contribué au lancement de SpaceX. Sur le site Quora, il raconte notamment qu’il “absorbe littéralement la connaissance et l’expérience des personnes autour de lui”. En quelques mots: il questionne en profondeur, écoute, et retient. Une bonne stratégie pour un entrepreneur. Pour les détails:

 

 

 

3. Réaliser la recette selon le guide:

Aller pas-à-pas, diviser les taches, progresser par petites itérations, suivre ses progrès

Ingrédient 1, fabriquer: Pour les fusées, SpaceX fabrique environ 70% inhouse. Les fournisseurs extérieurs ont ainsi moins d’influence sur la qualité et le coût.

Ingrédient 2, tester: SpaceX a connu des débuts difficiles, avec les crash de ses trois première fusées. Côté moteurs, ils sont testés petit à petit au sol: 1, puis 2, puis 3… enfin 9. En un an, de 2007 à 2008, il n’y a eu pas moins de 6 tests de moteurs au sol. L’échec rapide (fail fast) et la méthode itérative sont privilégiés.

Ingrédient 3, innover: Pour faire décoller et réatterrir une fusée, SpaceX développe alors Grasshopper.

Grasshopper, en gros, c’est une fusée expérimentale, qui monte très haut, qui stabilise, puis qui redescend et se pose. C’est simple, n’est-ce pas ? En théorie oui. En pratique, beaucoup moins. SpaceX fait ainsi décoller la fusée pendant 3s en septembre 2012 et atteint une altitude ridicule de 2 mètres de hauteur. Puis 8s et atteint 5m en novembre. Puis 30s et 40m en décembre.  Arrivée au 8ème test en octobre 2013, la fusée atteint 744m et vole pendant 79s. Puis le deuxième modèle atteint 1000m en mai 2014. En exactement 587 jours, les gars de SpaceX arrivent donc à faire décoller une fusée à 1km de haut, puis à la faire réatterir. Pas trop mal, non ?

Ingrédient 4, rendre l’innovation utilisable: SpaceX réutilise les résultats de Grasshopper pour faire de même avec la première fusée, la Falcon 9.

Ingrédient 5, améliorer l’innovation: Sur la mer, la première fusée se crashe sur la barge où elle devait atterrir en janvier 2015, la seconde se pose sur la barge mais explose après être tombée en avril 2015.

En décembre 2015, ils arrivent à faire atterrir la fusée sur la terre ferme.

Finalement le 8 avril 2016, c’est sur une barge, et par mer agitée qu’ils posent enfin la fusée Falcon 9.

 

Résumé: La stratégie globale de Musk semble efficace. Apparemment, il fait atterrir une partie des fusées et est milliardaire. A notre niveau, qu’est-ce qu’on peut en retenir ?

-Elle contient notamment une prise de connaissance à haut niveau.

-Il questionne les professionnels du milieu et procède à une lecture approfondie des ouvrages de référence: le CEO connaît bien le business et ses enjeux, une technique de base.

-Il réutilise donc les recettes qui marchent, tout en modifiant certaines parties à sa sauce.

-Il procède à des tests pas-à-pas de sa technologie, afin d’être sûr de sa fiabilité. Il fixe des objectifs particulièrement difficiles et souvent peu atteignables, notamment en terme de deadlines. Cela force ses équipes à avancer sous stress et aller à l’essentiel. La méthode itérative et rapide, souvent un bon choix!

-Avec environ 50-60M $ par lancement, SpaceX facture environ 2 fois moins qu’Ariane 5 (de l’agence spatiale européenne) qui est une fusée concurrente. Ariane 6 est en développement et doit réduire ses coûts car elle sera concurrente de la Falcon Heavy: le prix est toujours un argument de force, peu importe le secteur.

 

Capital+Savoir+Innovation : la recette est préparée, et les ingrédients sont réunis pour déguster de la bonne roquette !

Bref, une recette de cuisine faite avec amour par Musk et analysée par IT, presque aussi simple que des pâtes-bolo. Vous en voulez plus? Regardez les phases de développement !
Dans le prochain épisode : Le tourisme spatial, le retour sur la lune et le minage d’astéroïdes, c’est pour bientôt!  Retrouvez l’épisode 1: ce qu’est SpaceX, et pourquoi le spatial est si cool.

 

-Arthur Baetens, Mai 2016

Last modified: 22 mars 2017

0 Responses to :
L’entrepreneuriat dans le spatial (épisode 2/3): Faire sa recette de cuisine, façon Elon Musk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *