IT’Live#7: Eunice Tchibozo

Mercredi dernier, nous avons accueilli Eunice Tchibozo, étudiante en deuxième année de Bachelor en Science Politique et co-fondatrice de l’association The Young Leader Africa.

Déterminée à créer de un sens d’unification dans le monde entrepreneurial en Afrique, elle commença l’association TYLA avec l’aide de ses amis et de mentors qui lui a guidé à travers ce monde entrepreneurial. Tout commença par une page Instagram, et s’est transformé en veritable réseaux pour plusieurs personne qui cherchent de l’aide avec leurs propres start-ups. Eunice nous partage ses expériences ainsi que des opinions sur les diverses thèmes de l’entreprenariat.


Quel est ton parcours, qu’est-ce qui t’a amené à créer cette association ?
« L’idée a été inspirée de notre vie quotidienne. Nous sommes très influencés par ce que l’on vit au quotidien, ce que l’on voit dans les médias. Ce qui nous a poussé à créer l’association c’est premièrement l’échange : on a discuté entre nous et on a remarqué qu’il y avait tout de même un problème. Pour entreprendre quelque chose, il faut découvrir un problème, on s’est dit qu’il manquait une plateforme de dialogue et d’échange. Pour pousser l’association plus loin, on a fait des plans d’action, des réunions, on a regardé d’autres associations, on s’est informé sur le sujet et on s’est lancé. C’est une manière pour nous d’agir à notre échelle, d’influencer notre milieu tout simplement. »

Au début, comment avez-vous fait pour recruter du monde ?
« On a lancé le projet sur Instagram et je ne sais pas comment mais les gens sont venus à nous naturellement, on n’a pas eu besoin de chercher du monde ou de recruter. On a posté une vidéo et on a vu que les gens aimaient le concept, qu’ils avaient des questions à nous poser ou des idées à nous soumettre. »

Est-ce que la création de la plateforme a engendré des conflits ?
« La première chose à laquelle on a été confronté c’est le fait qu’on est nombreux et donc que l’on a des avis divergents. C’est vraiment une force mais c’est quelque chose qui fait que ça prend beaucoup plus de temps : une décision que tu peux prendre en quelques minutes quand tu es avec deux ou trois personnes et bien là tu vas peut-être prendre une heure parce que tout le monde va parler, expliquer son avis. C’est ça qui ralentissait un peu les choses mais c’est surtout notre point fort : on a décidé d’être une association parce qu’on aimerait que les gens parlent, puissent échanger, donner leurs idées et puissent aussi agir. On va dire que c’est peut-être le défaut mais surtout la force de l’association. A par cela, il n’y a pas de réelles confrontations, c’est juste une question de logistique, d’organisation. On n’a pas eu de réels problèmes en soit. »

En termes d’organisation, est-ce qu’il y a parfois des difficultés avec votre façon d’aborder les entreprises ?
« On a compris très tôt que cela fonctionnait au cas par cas. Le projet d’une personne est aussi la personne d’une certaine façon alors on a compris qu’il fallait d’abord comprendre la personne et ensuite comprendre son projet. Peut-être que le problème qu’on a pu avoir, c’est en travaillant avec des personnes qui ne se connaissent pas : là c’est un peu plus long parce qu’au final la personne ne sait pas encore ce qu’elle veut ou elle ne se connait pas encore elle-même. Pour ça on propose des formations, il y a aussi le dialogue, la confiance et l’échange. La personne doit se sentir à l’aise, et doit pouvoir dire toutes ses craintes. On doit se rendre compte que notre environnement, notre vie de tous les jours va influencer notre projet de toutes façons. C’est pour ça qu’on essaye d’être en lien avec les personnes avec lesquelles on travaille mais pas seulement ; on a tous des lacunes et bien celles-ci, on va essayer de les travailler c’est pourquoi on offre des formations à côté. »

Par Raphaële Arlettaz

Innovation Time Lausanne

 

logo Innovation Time Lausanne

 

Suivez également les aventures de Eunice Tchibozo:

Site Internet : TYLA

Instagram : TYLA

Last modified: 11 mai 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *