Comment les entrepreneurs peuvent-ils modifier la structure des entreprises de demain ?

Ecrit par| Business & Law

AirBnb, Uber, Blablacar… Voici quelques startups qui ont fortement bouleversé les modèles économiques des entreprises depuis quelques années. Ces trois entreprises surfent sur le « consumer to consumer » et arrivent à générer des chiffres d’affaires conséquents avec une organisation de l’entreprise totalement nouvelle.

En effet, là où les multinationales hiérarchisent fortement les postes (ouvrier, technicien, manageurs, responsable,vice-président, directeur, président directeur général etc.), les startups nous montre parfois un système d’organisation où les employés, quelque soit leurs postes, restent assez proches les uns des autres. Cet aspect est d’ailleurs primordial pour les startups qui essaient d’attirer les meilleurs talents tout en offrant une belle image de leur entreprise aux consommateurs, à l’instar d’Uber qui met en avant la cohésion de ses équipes avec des publicités où l’on voit jouer les employés au ping-pong et au baby-foot dans leurs bureaux !

Un autre aspect non négligeable qui pourrait changer dans la structure des entreprises de demain est le rapport entre les directeurs et les investisseurs. Du côté des multinationales il y a une nette séparation entre les investisseurs détenant une partie de l’entreprise au niveau boursier et la partie exécutive de cette entreprise (bien que les actionnaires principaux gardent un droit de décision avec les directeurs), alors que du côté des startups, les fondateurs travaillent de près avec les « business angels ». Néanmoins on peut aujourd’hui relativiser cette pratique qui semble s’appliquer uniquement pour les débuts d’une startup, car une fois que cette dernière a suffisamment grandi elle a tendance elle aussi à rentrer en bourse et donc à suivre le schéma traditionnel des multinationales, comme Facebook par exemple.

Ces changements d’organisation de l’entreprise sont l’exemple d’une forme d’innovation récente que l’on appelle disruptive, mot crée en 1995 par le professeur Clayton Christensen (Harvard), c’est à dire d’une innovation créant un nouveau marché avec un réseau de valeur (value proposition) totalement différent de celui établi précédemment. Et ceci est encore une fois un nouvel aspect que les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain peuvent modifier : réinventer la manière dont nous vivons !

Liens :

  • Sur la disruption et la transformation des entreprises cliquez ici.
  • Sur la réinvention de l’entreprise cliquez ici.

Last modified: 1 décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *